Récits illustrés

Jean-Michel Charlier a écrit un certain nombre de récits authentiques, illustrés surtout par lui à ses débuts (voir aussi à Dessins), ou par d'autres dessinateurs après 1951. Il fut aussi responsable de rubriques didactiques dans les pages de Pilote : les Pilotoramas et les récits illustrés.
Il a également publié, surtout pour l’agence World’s Press qui les diffusait dans les revues Spirou, Bonnes Soirées…, plusieurs contes et nouvelles mis en images. Voici une liste non exhaustive, et quelques exemples.


Les Pilotoramas

Récits authentiques dans Bonnes Soirées

Récits authentiques dans Pistolin

Récits authentiques dans Jeannot

Récits authentiques dans Pilote

Récits authentiques dans Tintin

Divers

Contes et nouvelles

Charlier - Pilote - Pilotoramas

Jean-Michel Charlier à son bureau au journal Pilote, préparant un Pilotorama.

Henri Dimpre - Pilotoramas

Henri Dimpre, l’homme des premiers Pilotoramas.

Le magazine Pilote fut créé à l’origine par le trio d’auteurs de BD Jean-Michel Charlier-René Goscinny-Albert Uderzo, associés à leur homme d’affaires Jean Hébrard, et à celui qui allait devenir leur premier directeur : François Clauteaux. Venu de la publicité, cet autre homme d’affaires voulait depuis des années lancer un journal pour les jeunes. Une de ses idées maîtresses était de créer dans ce journal une double page centrale éducative, basée sur l’illustration, avec en particulier une grande image présentant un écorché, un diorama, une fresque, ou une perspective cavalière d’un événement historique, d’un lieu géographique, etc. Mais une fois Pilote enfin lancé, François Clauteaux dut démissionner au bout de quelques semaines, pour des raisons personnelles.
C’est à Jean-Michel Charlier, très à l’aise dans cette discipline, que revint la responsabilité de cette double page. Chaque semaine, il en supervisa donc la réalisation, confiée à des illustrateurs fameux dont Henri Dimpre et Louis Murtin. S’il n’a, semble-t-il, pas signé de textes pour cette rubrique particulière, il est acquis que JMC participa de près à la réalisation de plusieurs d'entre elles, en particulier celles qui ont trait à l’aviation, comme une sur le Concorde, une autre sur la conquête spatiale, etc. Chaque double page, surnommée le Pilotorama, était marquée dans les premiers temps d'un logo : le nom Pilote en blanc, souligné, sur fond rouge (car on s’est vite aperçu que les jeunes lecteurs, fanas de ce genre de documents, les affichaient en poster sur le mur de leur chambre ou de leurs salles de classe). Au bout de quelques années, ce logo, inscrit dans la double page, se transforma en Pilotorama ; voici, ci-dessous, le nouveau logo.

 

Logo pilotorama

Le logo du Pilotorama, un nom qui fut adopté officiellement bien après le lancement du journal Pilote et de cette célèbre double page didactique très illustrée.

 

Pilotoramas

Deux Pilotoramas, avec chacun le logo "Pilote" qui figurait dans les premières années du magazine. Au dos du demi-poster gauche étaient publiés un texte et des illustrations d'introduction.

Pilotoramas

Difficiles à pointer tous car il ne les signait pas systématiquement, Jean-Michel Charlier a dû écrire, au milieu des années cinquante, plusieurs récits dans la revue Bonnes Soirées des éditions Dupuis (qui publiaient aussi le magazine Spirou entre autres). Il s'agissait en général de biographies complètes, sur quatre pages avec six illustrations au lavis par page et textes descriptifs sous les images. En voici une, parmi les trois que nous avons retrouvées.


Charlier - Gérald Forton - Bonnes Soirées

Extrait de Bonnes Soirées du 7 août 1955. L'illustrateur, Gérald Forton, dessinait par ailleurs la série Kim Devil sur scénario de Jean-Michel Charlier.

Charlier - Gal - Pistolin

La série Les Grandes civilisations figurait en couleur dans les numéros de Pistolin. Ici la rubrique du 15 novembre 1956 ; dessins de Gal, alias Georges Langlais.

Le mensuel Jeannot, créé par Jean-Michel Charlier et René Goscinny au sein d'Edifrance et lancé en février 1957, est une revue financée par la publicité de quelques marques (montres Nappey, chocolat Klaus, plastiques Gilac). Outre des BD et quelques rubriques, on trouve des récits en couleur composés de huit vignettes avec, sous chacune, un texte d'une dizaine de lignes. Ces histoires vraies sur deux pages, écrites par Jean-Michel Charlier, sont intitulées : Ils ont vécu une grande aventure. Douze récits racontent la vie d'aventuriers illustres : l'aviateur Charles Lindberg, le véritable Robinson Crusoë, Gengis Khan, etc. ; voir ci-dessous l'histoire du chef apache Cochise. Le magazine cessant de paraitre au bout de douze numéros, il n'existe que douze récits.

Charlier -  - Jeannot

L'histoire de Cochise, dessinée par Georges Bourdin, spécialisé dans les illustrations de romans policiers au début des années 1950, fut publiée dans Jeannot en juillet 1957 (nous la présentons ici en Noir et blanc). On s'aperçoit que l'authentique aventure du lieutenant de cavalerie confronté aux tribus indiennes de l'Arizona et du Nouveau Mexique, au lendemain de la guerre de Sécession, a servi de trame au roman de Jean-Michel Charlier Tempête à l'ouest, publié l'année suivante dans Tintin, et surtout aux tout premiers épisodes de sa série en BD Blueberry (Fort Navajo).
On peut presque considérer que le premier dessinateur de Blueberry est Georges Bourdin ; les deux dessins ci-dessous, extraits de Jeannot n°5, montrent exactement les mêmes scènes que dessinera Jean Giraud en 1964 dans les pages de Pilote. Le texte raconte un événement - et cite un nom connu des lecteurs de Blueberry : l'officier Bascom - fidèlement repris dans Fort Navajo... Charlier -  - Jeannot


Chaque numéro de Pilote publiait un récit historique complet sur deux pages avec des dessins et parfois des photos, et des textes narratifs sous les images. Parfois le récit tenait en une page seulement, d'autres fois en trois, voire quatre pages (un récit sur Marco Polo a tenu sur deux numéros en sept pages en tout). La plupart des récits étaient anonymes ou dus à des auteurs maison comme Georges Fronval (quand il s’agit de far west essentiellement), Giraud (rien à voir avec Jean Giraud, dessinateur de Fort Navajo dans le même magazine sur scénario de Charlier), Jacques Destour, Jean Sanitas...
Ces récits étaient chapeautés par Jean-Michel Charlier. On peut même considérer avec certitude que le tout premier, dans le n°1 de Pilote (29 octobre 1959), a été écrit par lui bien que non signé. Il s'agit de l'évasion du cuirassé "Jean Bart" de la cale de Saint Nazaire en juin 1940 (voir ci-dessous un extrait ; dessins de Robert Gigi) ; JMC en avait déjà fait un Oncle Paul en 1951 et c'est un sujet qui - la preuve… - tenait à cœur ce passionné de marine.


Charlier - Pilote - Jean Bart

Ci-dessous : le récit illustré Noël sous la mer, dans Pilote du 13 décembre 1962, est l’un des rares - si ce n'est le seul - qui soient signés du nom de Jean-Michel Charlier. Il a paru sur 2 pages et demie. Illustré par Claude Pascal, il reprend, titre compris, une histoire authentique déjà racontée par JMC dans Spirou (Oncle Paul) en décembre 1953. On remarque que la dernière ligne de chaque paragraphe prend toute la largeur du bloc de texte ; au début, ce n'était pas le cas : voir au-dessus les textes du récit sur le "Jean Bart". C'est René Goscinny qui a institué cette règle typographique et qui insistait pour que, dans Pilote, tout texte en légende, tout résumé dans les bandeaux de titre, etc. forment un bloc bien "carré", sans que la dernière ligne ne présente de décrochement.

Charlier - Pilote - Noêl sous la mer


Charlier - Gaty - Tintin - Vive l'aviation

Cette planche est extraite du numéro 90 de Tintin, nouvelle formule (1977), un numéro spécial "Vive l'aviation" réalisé à l'occasion du Salon de l'aéronautique du Bourget qui allait avoir lieu quelques jours plus tard. Jean-Michel Charlier était alors l'éphémère directeur de la rédaction française de ce Nouveau Tintin - tel était le titre du magazine à l'époque. Ce numéro tombait pile pour le cinquantenaire de la traversée de l'Atlantique par Charles Lindberg, aussi JMC lui-même raconta-t-il l'événement sous la forme d'un texte étalé sur 7 pages. Le dessinateur, aussi anonyme que l'auteur du texte, n'est autre que Christian Gaty, le futur successeur de Joseph Gillain sur la série Barbe-Rouge (Jijé décèdera en juin 1980) ; à noter que Christian Gaty était une vieille connaissance de JMC puisque le premier participait déjà au magazine Pilote (son nom est mentionné dès le numéro 1 en octobre 1959).


Charlier - Gal - Le Supplément illustré

Ce texte mis en images concernant "Le mystère de l'homme des neiges" devait paraître dans Le Supplément illustré, le projet de revue ajouté le week-end aux quotidiens (projet qui n'a pas abouti). La bande est signée seulement par le dessinateur, Gal, fidèle collaborateur de Jean-Michel Charlier à l'époque ; c'est très certainement ce dernier qui a rédigé les textes. La célèbre histoire d'Hergé, Tintin au Tibet, mettant en scène l'abominable homme des neiges, n'était pas encore publiée à l'époque.


Histoire d’un fait divers
Dans l’hebdo pour midinettes Paris Flirt, parallèlement à son histoire en BD Clairette (avec Uderzo), Jean-Michel Charlier raconta quelques faits divers. Chaque article se présentait sous la forme d’une colonne verticale comportant quatre dessins, avec un paragraphe de texte sous chaque dessin (voir deux extraits ci-dessous : dans Paris-Flirt n°7 à gauche, n°9 à droite).
Il y a eu à notre connaissance huit récits, à partir de février 1957, dans les numéros 2, 4, 7 à 11, et 13 (dans l’ordre : La belle et les gangsters, Martyre ou simulatrice, La noyée de Tor-Vaianica, Le bombardier fou…). Trois ou quatre dessinateurs se relayaient chaque semaine pour réaliser la quadruple illustration : Gal (qui, parallèlement, travaillait déjà beaucoup sur les scénarios de JMC dans Pistolin), Robert Gigi (qui signait Bob Gigi), un certain Leroy… (pendant ce temps, dans les pages du même Paris-Flirt, juste sous la planche de Clairette et à côté du fait divers de JMC, René Goscinny écrivait le gag de Lili mannequin, pour le dessinateur Will).

Charlier - Paris Flirt - Faits divers Charlier - Paris Flirt - Faits divers

Scoop n°1 (unique numéro d'une nouvelle revue des éditions Vaillant, datée de 1976) :
JMC y décrit, par le texte et les images commentées sur 6 pages, l'affaire de l'assassinat de John Kennedy à Dallas (adaptation de sa fameuse série télévisée sur la même affaire, qui sera diffusée sur FR3 moins de deux ans plus tard). Les dessins sont d'Alfonso Font.

Charlier - Adolfo Font - Scoop - Assassinat de John Kennedy
Charlier - Adolfo Font - Scoop - Assassinat de John Kennedy

Trois ensembles d'illustrations dans la pagination de l'article intitulé Le Complot de Dallas.

Charlier - Adolfo Font - Scoop - Le Complot de Dallas

Errant à l’aventure, Spirou, 4 pages.

Cow-boy sur la piste africaine, Spirou n° 493 du 25 septembre 1947, 2 pages, dessins de Victor Hubinon.

Private Mac Sucker, Spirou, 2 pages.

Patrouille de nuit, Spirou n° 499 du 6 novembre 1947, 4 pages, illustrations de Victor Hubinon.

La vengeance du chasseur d’aigle, Spirou n° 503 du 4 décembre 1947, 2 pages, signé Jean MICHEL (mais c'est Jean-Michel Charlier), dessins de Victor Hubinon.

Dans le cercueil d’acier, Spirou n° 504 du 11 décembre 1947, 2 pages, signé Jean MICHEL, 2 dessins de JMC.

Cernés par les Matabélés, Spirou n° 583 du 16 juin 1949, 2 pages.

Le pommier de misère (vieille légende flamande), Spirou n° 588 du 21 juillet 1949, 2 pages.

Il était Trois Rois Mages, Bonnes Soirées spécial Noël, 20 décembre 1953, 3 pages (illustration non signée).

Fort-Cheyenne, Spirou n°600, 13 octobre 1949, 2 pages illustrées par Ref (René Follet). Sans doute la première collaboration de René Follet sur un texte de Charlier, et sans doute l'un des premiers récits "western" de JMC, 15 ans avant la création du célébrissime personnage BD de Blueberry.

La première plume d'aigle, Tintin Belgique n°15, 1966, conte en 3 pages, une grande illustration due à Jean Torton.